#Pour que l’Humain survive (2e Livre Publié)

De la poésie qui coule et draine des phonèmes, des
vers qui se déclament avec loquacité. Le poète est un
diseur de Phébus, il perfuse les modes verbaux pour que
l’humain survive quel que soit le temps. Dans ce recueil,
MBOURANGON Moyi dit PA’NUCCI conjugue au passé et
au présent simpleMENT pour composer un poème lyrique.
C’est l’art MARTIAL du futur indicatif, car nous sommes au
carrefour des atermoiements. L’espèce humaine s’est mise
en danger, l’auteur livre un combat à main nue pour extraire
l’espoir d’un papyrus, frappe tendrement les caractères
pour saisir les plus belles phrases. L’aubade est salvatrice,
chaque lexème épluché prolonge l’écho. Que l’oreille
aspire toute la magnificence, que les fenêtres s’ouvrent
avec les yeux, la destination de la procession funéraire est
inconnue. Une nouvelle aube se dessine, la fatalité a été
mise en bière, même s’il n’y a pas de cercueil dans ce recueil.

Quand toutes les luttes
Vous condamnent à l’errance
Il faut oser le rêve…

Le rêve d’être authentique et débonnaire
Le rêve d’être brillant et ordinaire
Le rêve d’humaniser et esthétiser
Le rêve de protéger et d’alerter
Le rêve d’une prime à la rime.

De fil en aiguille, le cycle de la haine est définitivement
scellé par la magie du verbe.

J’ai porté des plumes de perroquet des dépouilles de chat
musqué.
J’ai lassé la patience des missionnaires, insulté les
bienfaiteurs de l’humanité.
Défié Tyr. Défié Sidon.
Adoré le Zambèze.
L’étendue de ma perversité me confond !
(Extrait du Cahier d’un retour au pays natal).

C’est de Basse-pointe (Martinique) que les graines du bien
Aimé Césaire se sont dispersées sur les champs lexicaux.
Une semence emportée à toute vitesse par les vents des
cyclones dans un environnement hostile et lointain. Ils
soufflent sur les braises du Kilimandjaro, du Nyiragongo
et brusquement les volcans agonisants se sont réveillés, la
planète entièrement réchauffée.

Le Ciel regarde…
Seule la Terre sait combien vous avez honte.

Abu pia ! (1) Ainsi se conclut la palabre.

NGOMBULU YA SANGUI YA MINA BANTU LASCONY
(1) Point final kongophone..

Partager :
2020 © Martial Pa'nucci - Made by AWA in Africa